Maltraitance des aînés

Bien qu’il existe plusieurs manières de définir la maltraitance, la définition retenue par le gouvernement du Québec est celle de la Déclaration de Toronto sur la prévention globale des mauvais traitements envers les aînés, de l’Organisation mondiale de la Santé, en 2002 :

Il y a maltraitance quand un geste singulier ou répétitif, ou une absence d’action appropriée, se produit dans une relation où il devrait y avoir de la confiance, et que cela cause du tort ou de la détresse chez une personne aînée. (OMS, 2002, dans Plan d’action MFA, 2010)

La maltraitance envers les personnes âgées est encore peu connue ou reconnue; elle prend diverses formes et touche plusieurs types de personnes. Il peut s’agir de maltraitance :

Physique : Se faire bousculer, serrer, frapper, attendre de façon exagérée pour aller à la toilette.

Sexuelle : Subir des attouchements, relation sexuelle imposée, des propos ou attitudes suggestives.

Psychologique : Se faire humilier, menacer, infantiliser, ignorer ou isoler.

Matérielle ou financière : Se faire soutirer de l’argent ou voler des biens, demander un prix excessif pour des services rendus.

Violation des droits : Se faire imposer un traitement médical, se faire empêcher de recevoir des appels téléphoniques ou de la visite.

Négligence : Ne pas recevoir une attention ou des soins nécessaires.

Une situation de maltraitance est souvent complexe et implique rarement une seule forme de maltraitance. Par exemple, la maltraitance matérielle ou financière est souvent accompagnée de maltraitance psychologique ou émotionnelle.

Saviez-vous que...

Au Québec, la prévalence de la maltraitance envers les personnes âgées est estimée entre 6 et 10 %. Dans la région de la Chaudière-Appalaches, cela représenterait entre 500 et 1000 situations de maltraitance.

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.