Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches

Mot du directeur de santé publique

En Chaudière-Appalaches, chaque année, environ 2 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
et 900 en meurent. Nous pourrions éviter au moins 1 000 de ces cancers et près de 500 décès chaque année. Nous pouvons aussi grandement alléger les souffrances des personnes qui en sont affectées. Comment? En évitant l’usage du tabac, en mangeant mieux, en bougeant plus et en éliminant de nos environnements certaines substances cancérogènes bien connues. De plus, nous pouvons diminuer la sévérité de certains cancers en les détectant plus tôt et en accompagnant mieux les personnes atteintes de cancer vers des changements dans leurs habitudes de vie. Ceci peut diminuer les conséquences néfastes de la maladie, prévenir les récidives et alléger le fardeau pour les personnes atteintes de cancer et leurs prochesproches
Les personnes ayant un lien significatif selon le patient. Elles comprennent : la famille biologique; la famille par alliance (liée par le mariage/par contrat et conjoint de fait); la famille choisie, des amis.
.

Les actions préventives doivent s’appliquer tout au long du continuum de soins et de services en cancercontinuum de soins et de services en cancer
Ensemble d’étapes incluant la promotion de la santé, la prévention des cancers, le dépistage, l’investigation, le diagnostic, les traitements, les soins palliatifs et les soins de fin de vie. La notion de continuum implique la continuité entre chacune des étapes et l’accessibilité aux services.
, depuis le moment où les personnes sont en santé, lors du dépistage, du diagnostic, du traitement, de la rémission ou des soins palliatifs.

Toutefois, la responsabilité de la prévention des cancers n’appartient pas aux seuls services de santé. Elle est partagée par tous les citoyens, y compris les citoyens corporatifs comme les entreprises, les établissements publics, les organismes communautaires, les municipalités, les commissions scolaires et plusieurs ministères. La compréhension commune et la cohérence des actions des différents acteurs sont donc essentielles.

Ce rapport de la santé publique de  l’Agence de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches,  traite des causes et facteurs de risque de cancer et  de  données statistiques sur le cancer en Chaudière-Appalaches. Plus de la moitié de la mortalité par cancer serait liée à des facteurs de risque modifiables tels que le tabagisme , la fumée secondaire, l’alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
, la sédentarité, la consommation excessive d’alcool, l’obésité, des cancérogènes (ou cancérigènes)  en milieu de travail ainsi qu’à certaines agents infectieux (VPH , hépatites  B, C et VIH). En contrepartie, certains déterminants de la santé peuvent agir en prévention du cancer soit une saine alimentation, l’activité physique et l’allaitement.  Le rapport aborde l’exposition à des agents cancérigènes dans l’environnement soit  dans l’air (radon, amiante et pollution) et  dans l’eau (arsenic, nitrates, sous-produits de la chloration et cyanobactéries), la présence de pesticides , l’exposition aux  rayons ultraviolets et aux champs électromagnétiques .  Les cancers d’origine occupationnelle ou professionnelle  y sont également abordés. Un chapitre est consacré au dépistage du cancer du sein, colorectal, du col utérin et de la prostate.

Pour la personne atteinte de cancer, en traitement contre le cancer ou en rémission, certaines mesures préventives telles qu’arrêter de fumer, améliorer son alimentation, faire un peu d’exercice,  maintenir sa vaccination à jour, gérer son stress ainsi que de recevoir du soutien psychosocial et spirituel peuvent améliorer son état de bien-être et diminuer ses risques de récidives dans son combat contre le cancer.

Finalement, le rapport établit  des priorités afin que des actions préventives se retrouvent tout au long du continuum de soins et de services en cancer depuis le moment où les personnes sont en santé, lors du dépistage, du diagnostic et du  traitement du cancer, de la rémission ou des soins palliatifs afin que nous puissions  Prévenir le cancer tous ensemble!

Je suis particulièrement fier de présenter ce rapport. Les recommandations qui en découlent seront accompagnées des conditions concrètes pour leur réalisation. Bien sûr, nous ne partons pas de rien. Certaines interventions portent déjà des résultats. Je sollicite la contribution de tous pour qu'ensemble nous soyons partenaires dans ce grand chantier de la lutte contre le cancer.

 

Philippe Lessard, MD


© Gouvernement du Québec, 2010