Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches
Vous êtes ici : Consulter le rapport en ligne > 9. La rémission du cancer > 9.1 L’amélioration de la survie

9.1 L’amélioration de la survie

Prévenir les cancers à toutes les étapes du continuum de soins de services.

Les données sur la survie (Recueil statistique, section 1.2) au cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
dans une population donnent un aperçu du fardeau que représente cette maladie. Selon les plus récentes données au Canada, la survie relative à cinq ans pour l’ensemble des types de cancer est de 62 %[11]. La survie diffère selon les types de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
.

Rapport estimatif de survie relative à cinq ans selon le site, sexes réunis, Canada

On relève une amélioration globale de la survie. Ainsi, au Canada, entre les périodes 1992 à 1994 et 2002 à 2004, on a enregistré une augmentation des rapports de survie relative de 4,5 % pour tous les cancers combinés et pour la plupart des cancers les plus fréquents. Les augmentations les plus marquées ont été observées chez les personnes ayant reçu un diagnostic de lymphome non hodgkinien (9,4 %) et de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
de la prostate (6,8 %). Une augmentation d’environ 5 % a été observée dans le cas du cancer du côlon et du rectum et du cancer du sein, de même que pour la leucémie. La survie (Recueil statistique, section 1.2) relative dans le cas des cancers du pancréas, de la vessie, du corps de l’utérus et du poumon est demeurée inchangée (soit < 1,0 %)[11].

Cette augmentation de la survie relative peut être due à divers facteurs, selon le siège du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
, dont une réelle efficacité des interventions et des traitements, mais aussi une plus grande détection de cancers moins agressifs.


© Gouvernement du Québec, 2010