Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches
Vous êtes ici : Consulter le rapport en ligne > 8. Traitements pour le cancer > 8.3 L'organisation des services

8.3 L'organisation des services

Prévenir les cancers à toutes les étapes du continuum de soins de services.

En matière de traitements, les services généraux pour les cancers les plus fréquents (sein, poumon, colorectal, prostate) et les cancers hématologiques sont accessibles dans la région. Quant aux services spécialisés, ils sont accessibles au Centre hospitalier affilié universitaire Hôtel-Dieu de Lévis. Toutefois, une proportion de la clientèle de la région (environ 40 %) consomme des services généraux et spécialisés dans la région voisine, soit la région de la Capitale-Nationale.

L’organisation des services d’hémato-oncologie au Centre hospitalier affilié universitaire Hôtel-Dieu de Lévis, au CSSS de Beauce – installation Hôpital de Saint-Georges et au CSSS de la région de Thetford – installation Hôpital de Thetford est partagée avec le Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ). Le fait que ces médecins spécialistes dispensent des soins à tour de rôle sur une base hebdomadaire occasionne une certaine insatisfaction chez les patients quant à la continuité des soins de même que chez le personnel en raison de l’application de protocoles distincts. Le CSSS de Montmagny-L’Islet – installation Hôpital de Montmagny, pour sa part, requiert par entente les services d’hémato-oncologues du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec (CHA) lesquels associent la contribution des médecins omnipraticiens de cet établissement dans les traitements des patients.

Bien que la région dispose de trois postes équivalent temps complet d’hématooncologue sur quatre, les besoins ne sont pas comblés adéquatement. La rareté de ces ressources spécialisées, l’augmentation du volume de la clientèle et l’arrivée de nouvelles molécules militent en faveur d’une réflexion quant à l’organisation régionale future des services en hémato-oncologie. Certains modèles novateurs concluants, comme l’implication d’autres médecins dans les traitements, devraient inspirer les décideurs.

Les interrelations entre les médecins spécialistes qui initient les traitements spécialisés et les médecins de famille du territoire devraient être améliorées. En effet, selon les médecins de famille membres de différents comités régionaux, la situation observée en 2002[26] persiste toujours et démontre que la communication de l’épisode hospitalier au médecin de famille s’avère souvent décevante et dépend de la bonne volonté du médecin spécialiste déjà surchagé. Le processus de communication et de transfert d’information doit être revu pour faciliter les interrelations et les collaborations.

Au plan pharmaceutique, les récents progrès en oncologie, de même que
l’augmentation de la clientèle, génèrent une croissance importante et rapide des coûts des médicaments.

Cette situation exerce une pression considérable sur les budgets des établissements sans négliger les considérations éthiques sous-jacentes, le cas échéant.

Deux mesures décrites au Projet clinique CancerCancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
et Soins palliatifs 2007-2012[3]
peuvent contribuer à soutenir les prises de décision quant à l’utilisation optimale des médicaments en oncologie. Il s’agit de l’implantation d’une base de données en oncologie prévue dans chaque centre hospitalier (échéancier du MSSS : 2012) et l’accès à des comités des thérapies du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
(réalisé dans chacun des centres).

Vers le haut

Recommandations

Les actions suivantes sont recommandées.

La promotion des saines habitudes de vie1 et la prévention des cancers appliquées au continuum de soins et de services en cancer

Les priorités des traitements des personnes atteintes de cancer

Les travaux effectués auprès des équipes de la DSPE, des différents comités et des consultations avec des partenaires externes ont mené à retenir des priorités pour les prochaines années. Des critères de priorisation, présentés à l’annexe 3, ont soutenu la réflexion.

La promotion des saines habitudes de vie1 et la prévention des cancers appliquées au continuum de soins et de services en cancer

Vers le haut


© Gouvernement du Québec, 2010