Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches

8.2.4 L'activité physique

Le FMRC a fait une recommandation s’adressant aux personnes diagnostiquées d’un cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
, qui s’applique avant, pendant et après les traitements. soit celle de suivre les recommandations pour la prévention des cancers[7] et ceci concerne l’activité physique.

Les patients en meilleure condition physiquecondition physique
La condition physique réfère au niveau de développement de qualités physiques et motrices telles l’aptitude cardiorespiratoire, la proportion de graisse dans la masse corporelle, la force, la puissance et l’endurance musculaires, de même que la flexibilité, la coordination et l’équilibre. Une personne en bonne condition physique a une meilleure capacité fonctionnelle : elle éprouve moins de difficultés à exécuter des tâches liées aux études, au travail et aux activités quotidiennes et de loisir.
pourront mieux supporter les traitements contre le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
. La pratique d’activités physiques augmente les chances de rémission[68]. Les travaux de Richard Chevalier montrent, grâce à l’analyse de plus de 160 études, que l’intégration de l’activité physique aux traitements contre le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
améliore radicalement la qualité de vie de la personnes atteinte de cancer et ses chances de guérison[68].

L’activité physique comme adjuvant dans les traitements contre le cancer

Il est maintenant largement démontré dans la littérature que l’activité physique joue un rôle salutaire dans les traitements contre le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
[353]. Révolue est l’époque où l’on suggérait aux personnes atteintes d’un cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
de se reposer le plus possible pour reprendre des forces. On commence à bien cerner comment s’améliore l’état des patients suivant un programme d’entraînement.

Diminution de la fatigue –

De tous les symptômes présents pendant un d’un cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
, la fatigue demeure en tête de liste avec une prévalence oscillant entre 25 et 99 % selon les études[354]. La fatigue entre fréquemment en jeu dans la décision de retarder, diminuer et même interrompre les traitements. Elle découle du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
lui-même, mais également de son traitement. L’inactivité physique qui précipite le déconditionnement cardiorespiratoire et musculaire, tout comme la détresse psychologique à la suite du diagnostic, l’augmentation de l’inflammation (causée par la tumeur elle-même), ainsi que l’hypothyroïdie – dérèglement hormonal qui résulte des traitements détruisant des cellules saines – seraient les principales causes de la fatigue liées au cancer et à son traitement.

Paradoxalement, même si elle nécessite une dépense énergétique, l’activité physique réduit la fatigue. Elle a cet effet salutaire tout d’abord en diminuant l’activité inflammatoire, mais également en améliorant la condition physiquecondition physique
La condition physique réfère au niveau de développement de qualités physiques et motrices telles l’aptitude cardiorespiratoire, la proportion de graisse dans la masse corporelle, la force, la puissance et l’endurance musculaires, de même que la flexibilité, la coordination et l’équilibre. Une personne en bonne condition physique a une meilleure capacité fonctionnelle : elle éprouve moins de difficultés à exécuter des tâches liées aux études, au travail et aux activités quotidiennes et de loisir.
des patients ou en freinant sa diminution, ce qui leur permet de réaliser avec moins de difficulté leurs activités de la vie quotidienne. Cela réduit de façon marquée la fatigue perçue.

Diminution de l’anxiété et de la dépression –

La pratique d’activités physiques d’intensité moyenne ou élevée améliore l’humeur et réduit l’anxiété ainsi que les symptômes de la dépression, d’où une sensation de fatigue moins prononcée[355].

Stimulation de l’appétit et prise de poids –

Les traitements contre le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
s’accompagnent souvent d’un affaiblissement marqué, de sorte que le patient perd l’appétit. L’activité physique, par un mécanisme encore méconnu, redonne l’appétit, ce qui prévient l’affaiblissement, la perte de poids et, plus précisément, la perte de masse musculaire.

Stimulation des systèmes immunitaire et endocrinien –

L’activité physique continu d’avoir des effets bénéfiques sur les systèmes immunitaire et endocrinien, même durant le traitement d’un cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
.

Amélioration de la condition physique –

La condition physiquecondition physique
La condition physique réfère au niveau de développement de qualités physiques et motrices telles l’aptitude cardiorespiratoire, la proportion de graisse dans la masse corporelle, la force, la puissance et l’endurance musculaires, de même que la flexibilité, la coordination et l’équilibre. Une personne en bonne condition physique a une meilleure capacité fonctionnelle : elle éprouve moins de difficultés à exécuter des tâches liées aux études, au travail et aux activités quotidiennes et de loisir.
du patient, son métabolisme et sa composition corporelle sont déterminants dans le pronostic de guérison. La diminution de la masse maigre fait partie des principaux changements corporels que vivent les personnes traitées pour le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
. Elle est associée à une réduction de la capacité fonctionnelle et est responsable d’environ 20 % des décès chez les personnes traitées pour un cancer (insuffisance respiratoire). L’atrophie musculaire s’explique surtout par une diminution de la synthèse des protéines musculaires (anabolisme), ainsi que par une augmentation de leur dégradation (catabolisme). Un bilan énergétique négatif, une augmentation de l’inflammation, ainsi qu’un dérèglement hormonal en sont les principaux responsables. L’activité physique permet de freiner la perte de masse musculaire en stimulant la synthèse des protéines.

Diminution de la durée d’hospitalisation –

Une étude menée chez des patients leucémiques révèle une diminution du temps d’hospitalisation chez ceux physiquement actifs durant leur traitement[356]. Contrairement aux patients inactifs, ces derniers quittaient l’hôpital plus souvent en marchant plutôt qu’en fauteuil roulant. Cela s’explique par une meilleure condition physiquecondition physique
La condition physique réfère au niveau de développement de qualités physiques et motrices telles l’aptitude cardiorespiratoire, la proportion de graisse dans la masse corporelle, la force, la puissance et l’endurance musculaires, de même que la flexibilité, la coordination et l’équilibre. Une personne en bonne condition physique a une meilleure capacité fonctionnelle : elle éprouve moins de difficultés à exécuter des tâches liées aux études, au travail et aux activités quotidiennes et de loisir.
chez les patients entraînés, une masse musculaire ainsi qu’une endurance plus importantes.

Les lignes directrices proposées pour la population concernant l’activité physique sont présentés dans la section L’activité physique. Les personnes souffrant d’un cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
devraient faire régulièrement des exercices physiques appropriés à leur condition : les conseils d’une personne diplomée en kinésiologie sont indiqués.

Vers le haut


© Gouvernement du Québec, 2010