Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches

6.2.5 Le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
de la prostate (Recueil statistique, section 3.4)

Les travaux de l’INSPQ indiquent que l’estimation de l’incidence (Recueil statistique, section 1.2) du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
est fort probablement sous-déclarée dans les banques de données, particulièrement en ce qui concerne les cas de cancer de la prostate[21], en partie parce que certains de ces cas peuvent être traités sans être hospitalisés.

La région se situe désavantageusement comparativement au Québec

Le taux d’incidence est plus élevé dans la région qu’ailleurs au Québec (+).

Taux d’incidence du cancer de la prostate, 2003-2006

Depuis 1984, le nombre de cas de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
de la prostate augmente graduellement, malgré une baisse pour la dernière année. L’évolution dans le temps indiquera plus tard s’il s’agit d’une tendance à la baisse ou d’une année qui se démarque. Le dépistage du cancer de la prostate par l’APS spécifique peut avoir influencé cette courbe ascendante (section 5.3.4).

Évolution du nombre de nouveaux cas de cancer de la prostate, Chaudière-Appalaches

Les facteurs de risque

Il n’y a pas de cause principale du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
de la prostate, mais certains facteurs peuvent accroître le risque de développer la maladie.

Les risques sont plus élevés chez les personnes :

  • âgées de 65 ans et plus;
  • ayant des antécédents familiaux de cancer de la prostate;
  • ayant des ancêtres d’origine africaine.

Des facteurs de risque possibles tels que l’inactivité physique, un régime alimentaire riche en matières grasses et l’exposition professionnelle à un métal appelé cadmium ainsi que l’obésité sont présentement à l’étude[293].

Les travaux du FMRC ont mené à l’identification d’aliments et de suppléments qui diminuent le risque de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
de la prostate, et d’autres qui l’augmentent.

 

L’alimentation, l’activité physique et le cancer de la prostate selon le FMRC

Vers le haut

Les travaux du FMRC ont également permis d'identifier des facteurs pour lesquels les études montrent des liens limités mais évocateurs qui diminuent le risque de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
de la prostate : les légumes secs, les aliments contenant de la vitamine E et l'alphatocophérol (vitamine E). D'autres l'augmentent : les charcuteries ainsi que le lait et les produits laitiers[7].


© Gouvernement du Québec, 2010