Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches
Vous êtes ici : Consulter le rapport en ligne > 6. Investiguer et diagnostiquer le cancer > 6.2 Les cancers les plus fréquents > 6.2.2 Poursuivons les efforts préventifs

6.2.2 Le cancer du poumon : poursuivons les efforts préventifs

La région se situe avantageusement comparativement au Québec… mais le Québec est en position désavantageuse

Au cours des 25 dernières années, le nombre de nouveaux cas de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
du poumon au Québec et dans la région a augmenté graduellement, et cela, tant chez les hommes que chez les femmes. Les cancers du poumon diagnostiqués actuellement reflètent les habitudes tabagiques d’il y a environ 30 ans, ainsi que les autres expositions liées au cancer du poumon.

Malgré une augmentation des nouveaux cas de cancer du poumon chez les femmes, le taux d’incidence (section 1.2) de la région de la Chaudière-Appalaches est plus faible que celui d’ailleurs au Québec (-) et le plus faible pour l’ensemble des régions. Chez les hommes, le taux d’incidence du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
du poumon de la région est semblable à celui d’ailleurs au Québec.

Taux d’incidence du cancer du poumon, 2003-2006

Les hommes sont nettement plus touchés par le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
du poumon que les femmes, même si l’écart s’amenuise avec les années car le nombre de nouveaux cas augmente plus vite chez les femmes que chez les hommes.

 

Évolution du nombre de nouveaux cas de cancer du poumon, Chaudière-Appalaches

Dans la région, comme au Canada d’ailleurs, le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
du poumon survient plus tôt chez les femmes que chez les hommes. En effet, chez les femmes, plus du tiers (35 %) des nouveaux cas de cancer touchent les moins de 60 ans, alors qu’il touche le cinquième (20,2 %) des hommes de moins de 60 ans. Les femmes verraient leur risque de cancer du poumon accru du fait de leur plus grande prédisposition à capter certains agents cancérogènes présents dans la cigarette[123].

Vers le haut

6.2.2 Poursuivons les efforts préventifs

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Les facteurs de risque et de protection

Le tabagisme est la principale cause du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
du poumon. Les personnes qui vivent ou travaillent avec des fumeurs courent également un risque accru en raison de leur exposition à la fumée secondaire[287].

Les autres facteurs qui augmentent le risque de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
du poumon sont les suivants[287] :

exposition à un gaz appelé radon (section 4.1.1.1);

exposition à l’amiante (section 4.1.1.2) ainsi qu’à d’autres substances telles que l’arsenic (section 4.1.2.1), ou consommation d’eau contenant des concentrations élevées d’arsenic, de chrome et de nickel, surtout chez les fumeurs;

  • antécédents personnels de cancercancer
    Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
    du poumon;
  • antécédents familiaux de cancer du poumon;
  • pollution atmosphérique (section 4.1.1.3);
  • exposition en milieu de travail (section 4.2).

Les travaux du FMRC ont mené à l’identification de facteurs dans le domaine de l’alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
qui diminuent le risque de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
du poumon, et d’autres qui l’augmentent.

L’alimentation, l’activité physique et le cancer du poumon selon le FMRC[7]

Les travaux du FMRC ont également permis d’identifier des facteurs pour lesquels les études montrent des liens limités mais évocateurs qui diminuent le risque de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
du poumon : les légumes non féculents, les aliments contenant du sélénium, les aliments contenant de la quercetine, le sélénium et l’activité physique. Les facteurs qui augmentent le risque sont les viandes rouges, les charcuteries, les graisses totales, le beurre, les suppléments de rétinol, le degré de corpulence moindre et l’activité physique[7].

Vers le haut


© Gouvernement du Québec, 2010