Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches
Vous êtes ici : Consulter le rapport en ligne > 4. Le cancer : protéger la santé > 4.2 L’exposition au travail

4.2 L’exposition au travail

Prévenir les cancers à toutes les étapes du continuum de soins de services.

Cette section traite principalement des mesures de protection des travailleurs. La section sur les déterminants de la santé inclut également des actions préventives à effectuer pour la promotion des saines habitudes de vie, incluant les milieux de travail.

Les produits cancérogènes en milieux de travail

Les produits cancérogènes sont présents en milieux de travail et la région ne fait pas exception.

Parmi les 167 825 travailleurs qui œuvrent dans la région combien sont ou ont été exposés à des produits cancérogènes dans le cadre de leur travail? Ou encore combien parmi eux développeront un cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
dû à leur travail? Actuellement, il est impossible de répondre d’une façon précise à ces questions. Par contre, la présente section tentera d’y répondre indirectement au moyen des données disponibles et en fonction des connaissances actuelles.

4.2 L’exposition au travail

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Une publication récente[229, 230] apporte un éclairage plus précis à ce sujet à partir d’une vaste étude réalisée en Grande-Bretagne et visant à préciser la part attribuable des cancers à des facteurs de risque en milieu de travail. Ainsi, en 2004, dans ce pays, on a estimé que 4,9 % des décès (8 % chez les hommes et 1,5 % chez les femmes) étaient associés à six des cancérogènes évalués27. Les cancers causés par une exposition à des produits cancérogènes au travail représenteraient donc un fardeau important parmi les problèmes de santé dus au travail en totalisant plus de 7 300 décès, ce qui contraste fortement avec les 223 décès causés par des blessures au travail toujours pour 2004[230]. Les auteurs qualifient ces estimés de conservateur[230]. Chez les travailleurs exposés à certaines substances, cette proportion est toutefois supérieure[231].

L’environnement de travail comporte un grand nombre de cancérogènes reconnus comparativement à d’autres sources d’exposition.

Nombre de cancérogènes du groupe 1 selon le CIRC selon l’origine principale d’exposition

Les produits cancérogènes présents dans l’environnement des travailleurs peuvent causer des atteintes à différentes parties du corps (foie, poumons, nez, os, sang, vessie, etc.). Et bien que plusieurs cancers professionnels soient classés comme des maladies professionnelles dans de nombreux pays, seul un très petit nombre de cas est en fait reconnu et donne lieu à une réparation ou une indemnisation au Québec.

4.2 L’exposition au travail

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Peu de cancers causés par le travail sont officiellement reconnus dans le cadre de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles[233]. Or, dans d’autres pays du monde, la liste des cancers liés à des expositions au travail admissibles à une indemnisation est beaucoup plus large28. La situation qui prévaut au Québec quant aux cancers faisant l’objet d’une indemnisation ne semble pas refléter l’état des connaissances scientifiques dans le domaine.

Le travailleur a la responsabilité d’initier la démarche de demande d’indemnisation à la CSST. Contrairement à des pratiques en place dans d’autres pays telle la France, pour pouvoir être indemnisés pour d’autres cancers que les trois reconnus par la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles, les travailleurs du Québec doivent établir la preuve d'un lien entre l’exposition à divers produits avec les différents postes occupés au cours de leur vie au travail. Ceci implique que le travailleur ou le médecin traitant doit faire la démonstration du lien possible entre la forme de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
et le travail, ce qui est rarement fait, et doit documenter ce lien.

Vers le haut

4.2 L’exposition au travail

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
Nombre d’agents cancérogènes dans l’environnement de travail par site corporel et selon le degré de preuve

Les services de santé publique en santé au travail

Les services de santé au travail dans la région sont offerts dans le cadre d'un contrat entre l’Agence, plus particulièrement sa DSPE, et la CSST comme prévu par la Loi sur la santé et la sécurité du travail.

Les services locaux offerts par quatre équipes coordonnées par le CSSS de Montmagny-L’Islet :

  • visent principalement à réduire et prévenir les problèmes de santé, à diminuer ou contrôler l’exposition des travailleurs à divers facteurs de risques ou agresseurs (dont les produits cancérogènes), à informer et soutenir les milieux de travail pour la mise en place de moyens préventifs et à maintenir des services adéquats de premiers secours et premiers soins au moyen d'un programme de santé spécifique à chaque établissement desservi;
  • sont fournis par des équipes formées de médecins, d’infirmières, de techniciens en hygiène du travail assistés d’hygiénistes du travail et d'un ergonome.

Les services régionaux, offerts par la DSPE, sont :

  • Services de protection en enquêtant dans certains milieux de travail à partir de MADO ou des signalements.
  • Services de promotion de la santé au travail, de surveillance des lésions occupationnelles et de l’exposition des travailleurs en plus d’évaluation de programme ainsi qu’un soutien et une assistance professionnelle auprès des services locaux et autres partenaires.
  • Prestation de certains services auprès des établissements non couverts par les services locaux.
  • Lien avec les autres régions du Québec pour des services harmonisés, équitables et une expertise régionale.

Vers le haut

27 Les six cancers évalués présentaient une évidence forte ou probable d’un lien avec l’exposition en milieu de travail (groupe 1 et 2A du CIRC) : la leucémie, les cancers du poumon, le mésothéliome, le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
de la peau sans mélanome et le cancer du nez et des sinus.

28 Par exemple, en France (Abadia et al. - INRS, 2008) (annexe 4).


© Gouvernement du Québec, 2010