Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches
Vous êtes ici : Consulter le rapport en ligne > 3. Promouvoir la santé et prévenir les cancers > 3.2 Les particularités chez les hommes et les femmes

3.2 Les particularités chez les hommes et les femmes

Prévenir les cancers à toutes les étapes du continuum de soins de services.

Actuellement, le risque de décéder d’un cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
est 1,5 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes (Recueil statistique, section 3.1.3). Des différences sont également notées dans leurs habitudes de vie et dans l’utilisation des soins et des services de santé.

Mieux connaître ces différences permettra de faire des programmes adaptés aux deux genres, masculin et féminin.

Ce que les enquêtes révèlent

Selon l’enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes 2007-2008[30], les hommes et les femmes ont une perception semblable de leur état de santé. Dix ans auparavant, les hommes se percevaient généralement en meilleure santé que les femmes[110].

Les différences dans les habitudes de vie entre les sexes apportent un éclairage intéressant. Sur le plan de l’alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
, les hommes consomment moins de fruits et de légumes que les femmes et quasiment la même quantité de fibres, insuffisante, la recommandation étant de 30 à 38 grammes par jour pour les hommes et de 21 à 25 grammes par jour pour les femmes[111]. Ils consomment plus de gras saturés et de cholestérol et ils ont un taux d’obésité plus élevé. Nettement plus d’hommes que de femmes ont une consommation élevée d’alcool18. En ce qui concerne l’usage du tabac, les hommes ne forment plus la majorité des fumeurs : ils ont été légèrement dépassés par les femmes selon les données de 2007-2008[30]. Cependant, ils inhalent plus profondément la fumée de cigarette et choisissent des marques plus fortes en nicotine ou sans filtre[110]. Les sports semblent occuper une place prépondérante chez les hommes. Ainsi, ils sont plus actifs que les femmes et ils sont plus nombreux à atteindre la recommandation (niveau d’activité physique de loisir actif).

Les hommes ont tendance à dissimuler ou ignorer leurs symptômes même si le problème est très grave. Ils consultent un peu moins souvent un professionnel de la santé (médecin ou autre professionnel)[112]. De nombreuses raisons sont avancées et elles font référence au concept de masculinité et à l’organisation des services de santé qui sont plutôt adaptés aux femmes qui les utilisent [112].

Comparaison entre les hommes et les femmes selon certains indicateurs, Chaudière-Appalaches

Les données montrent que les hommes ont adopté certains comportements qui nuisent à leur santé et à leur bien-être et qu’ils utilisent moins les services de santé que les femmes.

En pratique, pour les hommes...

En juillet 2009, le MSSS a priorisé trois actions afin d’améliorer la santé et le bien-être des hommes. Ces mesures font suite aux conclusions du rapport du Comité de travail en matière de prévention et d’aide aux hommes[113].

La première mesure touche les saines habitudes de vie. Elle consiste à adapter les messages et les activités de promotion de la santé à la réalité masculine. La seconde mesure touche l’adaptation des services destinés aux hommes. Le financement de cette mesure vise à « mieux connaître les besoins des hommes et à y répondre[114] » en soutenant les organismes et les initiatives régionales. Enfin, la troisième mesure permettra de financer l’évaluation d’un service d’hébergement préventif pour les pères en difficulté et leurs enfants.

Pour la région, le MSSS a mandaté l’Agence pour réaliser un Portrait régional en santé et bien-être des hommes au cours de l’année 2010-2011. Ce travail vise à améliorer les connaissances sur la réalité masculine et à dresser un inventaire des ressources. Au cours de la même année, une consultation sera tenue afin d’élaborer des mécanismes de concertation entre les différents partenaires régionaux.

Les défis sont nombreux pour adapter les communications aux hommes et aux femmes. Il demeure impératif d’intervenir autrement pour joindre les hommes en promotion des saines habitudes de vie et en organisation des services de santé et des services sociaux. Il reste fort à faire aussi pour améliorer la concertation entre les ressources d’aide pour les hommes et le réseau de la santé. Le portrait régional permettra d’identifier les principaux besoins des hommes et de proposer des recommandations.

Recommandations

Les actions suivantes sont recommandées.

La promotion des saines habitudes de vie et la prévention des cancers appliquées au continuum de soins et de services en cancer

18 Avoir bu 5 verres ou plus d’alcool à une même occasion au moins 12 fois au cours des 12 derniers mois.

Vers le haut


© Gouvernement du Québec, 2010