Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches

3.1.2 L’alimentation saine

L’alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
saine protège contre le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
. Toutefois, certains aliments ou constituants des aliments en augmentent le risque.

L’alimentation et le cancer : des liens méconnus

Les études confirment le lien entre certains aliments et le maintien de la santé ou le développement de la maladie. Ces liens sont encore méconnus tant des professionnels et des intervenants que de la population. Le rapport du FMRC[7], par ses constats sur les aliments qui contribuent au développement du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
ou qui protègent, soutiennent les chercheurs, les médecins, les professionnels de la santé et les intervenants par des recommandations claires, bien appuyées par la littérature scientifique. Le rapport du FMRC est majeur : il montre la grande place occupée par l’alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
saine dans la prévention des cancers.
Celles portant sur l’alimentation touchent :

  • les aliments à forte densité calorique;
  • les aliments d’origine végétale;
  • la viande rouge et la charcuterie;
  • le sel;
  • les compléments alimentaires.

En bref, voici le contenu des recommandations du FMRC sur l’alimentation[7]. Pour plus de détails sur chaque aliment ou groupe alimentaire mentionné, consulter le rapport complet du FMRC.

Les aliments d’origine végétale

Un mode d’alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
principalement composé d’aliments d’origine végétale a un effet protecteur contre le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
. Ainsi, il est recommandé de consommer au moins cinq fruits et légumes par jour, des céréales à grains entiers et des légumineuses[7].

Les aliments d’origine végétale et le risque de cancer selon le FMRC

Les aliments d’origine animale

De nombreux aliments d’origine animale sont nutritifs et bons pour la santé lorsqu’ils sont consommés en quantités modérées. Ainsi, il est recommandé de consommer peu de viandes rouges et rarement ou pas du tout de charcuterie[7].

Les aliments d’origine animale et le risque de cancer selon le FMRC

Les aliments et les boissons à forte densité calorique

L’augmentation de la consommation d’aliments à forte densité calorique (aliments principalement transformés, riches en gras et en sucres) et de boissons sucrées contribue probablement à l’augmentation de l’incidence (Recueil statistique, section 1.2) de l’obésité dans le monde et augmente par le fait même l’incidence des cancers. Ainsi, il est recommandé de consommer peu d’aliments riches en gras et en sucres, d’éviter les boissons gazeuses et d’éviter autant que possible les plats préparés ainsi que la restauration rapide qui offre ce type d’aliment[7].

Les aliments et les boissons à forte densité calorique et le risque de cancer selon le FMRC

La conservation, la transformation et la préparation

Le sel et les aliments conservés par salaison sont probablement l’une des causes du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
de l’estomac. La contamination microbienne par des moisissures (aflatoxines6) des aliments est impliquée dans le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
du foie. Ainsi, il est recommandé d’éviter les aliments salés et conservés par salaison, de limiter la consommation de plats préparés contenant du sel ajouté et de ne pas consommer d’aliments moisis[7]. Les aflatoxines constituent un problème dans les aliments importés de régions tropicales et subtropicales plus chaudes. Pour en savoir plus, consulter le feuillet de l’Agence canadienne d’inspection des aliments sur le sujet[46].

Les compléments alimentaires

Les compléments à forte teneur en nutriments peuvent aussi bien protéger que causer des cancers. Par complément alimentaire, on entend des fortes doses de vitamines et de minéraux tels que le bêta-carotène ou le sélénium. Recommander la consommation de compléments pour prévenir le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
pourrait avoir des effets secondaires indésirables. Il est préférable d’augmenter la consommation d’éléments nutritifs par l’alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
habituelle. Ainsi, les compléments alimentaires ne sont pas recommandés pour la prévention du cancer[7].

Les compléments alimentaires et le risque de cancer selon le FMRC

3.1.2 L'alimentation saine

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Les mécanismes

Comme mentionné précédemment, la majorité des cancers ne sont pas héréditaires. Pour qu’une cellule passe de l’état normal à cancéreuse, elle doit acquérir des altérations de son code génétique. La majorité des cancers se développent à un stade cliniquement identifiable seulement plusieurs années ou décennies après le dommage initial de la cellule[7].

La capacité d’une cellule à prévenir le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
dépend de l’environnement de cette cellule, incluant la disponibilité d’énergie et la présence appropriée de micro et de macro nutriments. Sans un stress oxydatif externe, chaque jour, des centaines de sites a’intérieur desquels l’ADN des cellules a subi des dommages sont réparés ou éliminés[7].

L’alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
joue un rôle protecteur dans les étapes qui mènent au cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
[7].

  • La prolifération des cellules : lors de la prolifération normale des cellules, il est possible, sous certaines conditions, que l’ADN des cellules subisse des dommages. Au cours de cette prolifération, plusieurs vitamines et minéraux ainsi que le glucose contribuent à contrôler la prolifération.
  • L’apoptose: ce processus de régulation des cellules mortes est favorablement influencé par des composés nutritionnels, dont les acides
    gras oméga-3.
  • L’angiogénèse : ce processus de formation de nouveaux vaisseaux
    sanguins est essentiel pour alimenter en nutriments et en oxygène tous les tissus en croissance, y compris les tumeurs. Pour qu’un cancercancer
    Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
    progresse, il doit acquérir la capacité d’induire l’angiogénèse. Plusieurs composés nutritionnels ont un effet anti-angiogénèse, dont le thé vert, les acides gras oméga-3, le curcumin, la quercetine, le resveratrol, etc. L’exercice physique joue également un rôle protecteur. Plusieurs vitamines sont également impliquées.

Ces processus sont complexes. Leur application concrète est beaucoup plus simple et rendue accessible par l’ensemble des recommandations alimentaires du FMRC[8].

Ce que les enquêtes révèlent

Fruits et légumes (Recueil statistique, section 4.2)

Les données d’enquête ne fournissent pas d’information détaillée sur tous les aliments ciblés par les recommandations. La seule recommandation pour laquelle des données régionales sont disponibles est la consommation quotidienne de fruits et de légumes. Ainsi, selon l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2007-2008[30], la proportion de la population de Chaudière-Appalaches de 12 ans ou plus consommant moins de 5 fois par jour des fruits et des légumes est semblable à celle du Québec, ce qui représente environ 46 % de la population. Pour la région, ces résultats permettent d’estimer qu’environ 159 800 personnes consomment moins de 5 fois par jour des fruits et des légumes. L’attention doit se porter vers ces personnes afin de mieux cibler les interventions. Qui sont-elles?

Au Québec, elles sont principalement âgées de 20 ans et plus, elles sont moins scolarisées et se situent dans le niveau de revenu inférieur. Bien que les différences ne soient pas statistiquement significatives dans la région, on observe les mêmes tendances qu’au Québec, excepté pour le revenu.

Dans la région, la comparaison avec les enquêtes précédentes semble montrer une tendance à la diminution de la proportion de la population de 12 ans et plus consommant moins de 5 fois par jour des fruits et des légumes.

Évolution de la proportion de la population consommant moins de 5 fois par jour des fruits et des légumes

Les autres groupes alimentaires

En l’absence de données régionales, des données pour le Québec peuvent fournir des indications sur les pas à franchir pour atteindre les recommandations.

La consommation alimentaire et les apports nutritionnels des adultes québécois[48] fournit des informations sur les habitudes alimentaires des québécois, notamment sur les aliments identifiés dans les recommandations du FMRC. L’étude, qui reflète les aliments consommés le jour précédant l’entrevue, montre des résultats qui ne sont pas conformes aux recommandations du FMRC :

  • plusieurs des aliments consommés dans la catégorie « autres aliments7 » fournissaient près du quart des calories;
  • la consommation moyenne de boissons gazeuses s’élevait à plus d’une canette et demie par jour (514 ml) pour tous les groupes d’âge et de sexe regroupés;
  • 36 % des québécois attribuaient une trop grande part de leur apport énergétique (plus de 35 %) aux matières grasses;
  • la majorité des adultes consommaient des fibres alimentaires en quantité insuffisantes;
  • les adultes québécois consommaient peu de noix et de légumineuses, représentant seulement 12 % des portions du groupe viandes et substituts;
  • les adultes québécois consommaient trop de charcuteries, représentant 7 % des portions du groupe viandes et substituts;
  • 18 % avaient consommé des aliments préparés en restauration rapide (15 % des femmes et 21 % des hommes);
  • 34 % avaient consommé des suppléments de vitamines et de minéraux.

De nombreuses améliorations doivent donc être apportées à l’alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
des québécois pour prévenir les cancers.

L’insécurité alimentaire

La situation d’insécurité alimentaire peut constituer un frein à l’application des recommandations. Dans la région, en 2007-2008, environ 4 % de la population était en situation d’insécurité alimentaire modérée ou grave, représentant près de 15 000 personnes[30].

Différentes actions sont entreprises dans la région afin de contrer l’insécurité alimentaire, notamment par le Groupe de réflexion et d'action sur la pauvreté de Chaudière-Appalaches. Au cours des prochaines années, l’intensification des actions afin de contrer l’insécurité alimentaire est prévue par la mise en œuvre des orientations du Cadre de référence en matière de sécurité alimentaire du MSSS, mise à jour 2008[49].

Les approches individuelles

Pour les adultes, les agents de promotion des saines habitudes de vie présents dans tous les CSSS sont formés pour faire du counselling individuel visant un changement d’habitudes de vie. Ils sont responsables de la mise en œuvre du 0•5•30 COMBINAISON PRÉVENTION0•5•30 COMBINAISON PRÉVENTION
Programme visant la promotion du non usage du tabac (0), de la consommation d’au moins 5 portions de fruits et de légumes par jour (5) et de la pratique de 30 minutes d’activités physiques par jour. Les stratégies proposées sont : éducatives (permettant à tous d’avoir des connaissances et de développer des habiletés), environnementales (modifiant des milieux de vie : travail, école, municipalité...) et de communication (campagne de promotion provinciale régionale et locale sur les saines habitudes de vie). Pour en savoir davantage, consulter le site Internet : www.0-5-30.com/Chaudiere-Appalaches/notreRegion.asp
en lien avec les partenaires du territoire.

Sur le plan du counselling, les GMF sont également des acteurs clés dans la promotion des saines habitudes de vie. Rappelons la portée des pratiques cliniques préventives et de l’entretien motivationnel discutés à la section portant sur l’acquisition des aptitudes individuelles. L’entretien motivationnel favorise une meilleure intégration, en fonction du plan du patient, des saines habitudes de vie. Les infirmières de GMF ont été formées pour intervenir avec cette méthode. Elles vont référer au besoin la clientèle à une nutritionniste ou aux agents de promotion des saines habitudes de vie en CSSS.

Une attention particulière doit être portée aux populations vulnérables, par exemple les personnes à faible revenu, analphabètes, itinérantes, les travailleurs à faible revenu et les chômeurs dont les contraintes de la vie quotidienne rendent plus difficile l’adoption d’habitudes de vie qui favorisent la santé et dont le risque de mourir d’un cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
est aussi plus élevé. Les informations et le soutien doivent leur être personnalisés et adaptés à leur situation. À cette fin, les collaborations avec différents partenaires, tels que les organismes communautaires, les regroupements de femmes, les milieux de travail et les associations coopératives d'économie familiale auraient avantage à être consolidés. Pensons également aux programmes offerts en CSSS qui sont autant d’opportunités pour transmettre un message préventif adapté.

Pour les femmes enceintes et les jeunes familles en situation de vulnérabilité, les programmes tels que les Services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance (SIPPE), le Programme OLO et le programme Y’a personne de parfait (Y’APP) constituent des opportunités pour la promotion des saines habitudes de vie. Le lien avec la prévention des maladies chroniques pourrait aussi être clairement identifié. Les médecins de famille et les pédiatres sont des acteurs clés pour intervenir auprès des enfants. Leur contribution pourrait être davantage sollicitée.

3.1.2 L'alimentation saine

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Des actions qui combinent les approches individuelles et environnementales

Le 0•5•30 COMBINAISON PRÉVENTION0•5•30 COMBINAISON PRÉVENTION
Programme visant la promotion du non usage du tabac (0), de la consommation d’au moins 5 portions de fruits et de légumes par jour (5) et de la pratique de 30 minutes d’activités physiques par jour. Les stratégies proposées sont : éducatives (permettant à tous d’avoir des connaissances et de développer des habiletés), environnementales (modifiant des milieux de vie : travail, école, municipalité...) et de communication (campagne de promotion provinciale régionale et locale sur les saines habitudes de vie). Pour en savoir davantage, consulter le site Internet : www.0-5-30.com/Chaudiere-Appalaches/notreRegion.asp
comporte un volet pour le développement des aptitudes individuelles et un volet sur le développement d’approches environnementales. La Table régionale de concertation sur les saines habitudes de vie en Chaudière-Appalaches et le Comité régional de suivi 0•5•30 constituent deux instances particulièrement impliquées pour la mise en œuvre des actions environnementales.

La Table régionale de concertation sur les saines habitudes de vie en Chaudière- Appalaches a été initiée au printemps 2008 pour répondre aux objectifs du Plan d’action gouvernemental. Dix-huit représentants régionaux des ministères et des organismes concernés siègent sur cette Table. Ils ont pour mandat d’amorcer des actions concrètes qui permettront d’améliorer la santé et le bien-être de la population de Chaudière- Appalaches. Ainsi, les membres de la Table ont mandaté un groupe de travail pour identifier les priorités régionales des prochaines années. L’assise de ses travaux était le Plan d’action gouvernemental de promotion des saines habitudes de vie et de prévention de problèmes reliés au poids 2006-2012. En octobre 2008, la Table entérinait les priorités régionales suivantes : les politiques municipales, l’accessibilité aux aliments sains, les communications et le déplacement actif qui répondaient aux cinq critères établis au préalable (portée régionale et locale, multisectorialité, faisabilité, accessibilité et famille).

Partenaires intersectoriels impliqués au sein de la Table régionale de concertation sur les saines habitudes de vie en Chaudière-Appalaches

Les approches environnementales

Par le Plan d'action gouvernemental de promotion des saines habitudes de vie et de prévention des problèmes reliés au poids 2006-2012. Investir pour l'avenir[6] et la Vision de la saine alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
[51], les différents ministères ont été invités à se positionner comme des modèles en ce qui concerne l’alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
et l’activité physique, tant pour leurs employés que leurs usagers et leurs résidants. Ce plan prévoit des actions auprès des individus mais également des modifications des environnements afin de favoriser les saines habitudes de vie. Le plan vise les milieux de garde, les familles, le milieu scolaire, le milieu de travail, le milieu communautaire, associatif et municipal.

Sur le plan de l’accès aux aliments, la région présente des disparités. En effet, tous les milieux ne disposent pas d’une offre alimentaire également variée et à bon coût, en fonction de la zone de résidence et de la distance à parcourir pour acheter les aliments. La Table régionale de concertation sur les saines habitudes de vie en Chaudière- Appalaches. travaille, notamment, à réduire ces disparités.

Actuellement, les Centres de la petite enfance n’ont pas l’obligation d’adopter une politique alimentaire. Toutefois, l’Association québécoise des Centres de la petite enfance propose un modèle de politique alimentaire, élaboré en collaboration avec L’Action régionale des CPE de Lanaudière et le réseau de la santé et des services sociaux[52]. Un soutien pour l’adoption de telles politiques renforcerait l’exemplarité de ces milieux sur l’adoption des saines habitudes alimentaires dès le plus jeune âge.

En milieu scolaire, Pour un virage santé à l’école. Politique-cadre pour la promotion d’une saine alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
et un mode de vie physiquement actifmode de vie physiquement actif
Un mode de vie physiquement actif est un style de vie intégrant diverses formes d’activité physique à son quotidien. Il s’agit d’activités de loisir qui demandent un engagement musculaire (sports, jardinage, bricolage), de même que d’exercices de développement et d’entretien des déterminants de la condition physique (aquaforme, musculation), mais aussi d’activités de locomotion (marche, vélo, ski de fond) et utilitaires (entretien ménager, pelletage).
[53] oriente notamment l’offre alimentaire dans les écoles Cette politique réaffirme l’intention ferme du gouvernement de faire des établissements scolaires du Québec des milieux où les élèves peuvent manger sainement et bouger plus. Dans la région, l’implantation de la politique est en cours depuis sa publication à l’automne 2007. De plus, l’approche École en santé constitue un moyen privilégié pour intégrer la promotion des saines habitudes de vie en milieu scolaire, notamment la saine alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
.

Les environnements alimentaires touchant le milieu scolaire doivent également tenir compte de la proximité des écoles avec des restaurants-minute et des dépanneurs. Des analyses plus poussées doivent être effectuées afin de mieux estimer l’impact de ces commerces sur les habitudes alimentaires des jeunes[54].

Dans le réseau de la santé, tous les établissements doivent adopter une politique alimentaire afin d’offrir, d’ici 2012, des aliments sains aux personnes qui fréquentent ces établissements[55]. L’exemplarité du réseau de la santé contribuera à la promotion d’environnements alimentaires sains tant pour le personnel que pour les usagers. La mise en œuvre des politiques alimentaires du réseau de la santé constituera également une opportunité pour intégrer les principes de développement durable à l’ensemble des activités notamment en favorisant l’approvisionnement local. Les collaborations devront être accentuées avec les acteurs régionaux, notamment la Table agroalimentaire de Chaudière-Applaches, afin de retrouver davantage de produits locaux dans les établissements de la région.

3.1.2 L'alimentation saine

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Encore une fois, le Plan d’action gouvernemental prévoit de mettre en place des campagnes sociétales et favoriser la modification des normes sociales afin qu’elles valorisent les saines habitudes de vie (saine alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
et mode de vie physiquement actifmode de vie physiquement actif
Un mode de vie physiquement actif est un style de vie intégrant diverses formes d’activité physique à son quotidien. Il s’agit d’activités de loisir qui demandent un engagement musculaire (sports, jardinage, bricolage), de même que d’exercices de développement et d’entretien des déterminants de la condition physique (aquaforme, musculation), mais aussi d’activités de locomotion (marche, vélo, ski de fond) et utilitaires (entretien ménager, pelletage).
) et une variété de schémas corporels[6]. La valorisation des différents schémas corporels signifie encourager l’appréciation de la diversité des formats corporels car les personnes sont de plus en plus préoccupées par leur image et les médias y contribuent pour beaucoup puisqu’ils présentent des modèles féminins et masculins irréalistes[56].

L’industrie alimentaire sera sollicitée de plus en plus afin d’accentuer l’offre de produits transformés qui répondent aux critères des différentes politiques alimentaires et des demandes des consommateurs. Il serait souhaitable que l’offre alimentaire correspondede plus en plus à une alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
saine.

Recommandations

Les actions suivantes sont recommandées.

La promotion de la santé appliquée au continuum de soins et de services en cancer L’alimentation saine

6 Les mycotoxines, incluant les aflatoxines, sont des métabolites secondaires produits par diverses moisissures sur plusieurs produits agricoles dans certaines conditions environnementales.

7 Aliments et boissons riches en calories, lipides, sucre ou sel (sodium).


© Gouvernement du Québec, 2010