Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches
Vous êtes ici : Consulter le rapport en ligne > 2. Continuum : la lutte contre le cancer > 2.3 Prévenir le cancer : une application de la Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé

2.3 Prévenir le cancer : une application de la charte d’Ottawa pour la promotion de la santé

La Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé[12] est utilisée comme trame de fond pour l’analyse des actions effectuées dans la région et celles à instaurer. Bien qu’elle ait été développée pour la promotion de la santé, le cadre est ici appliqué à toutes les étapes de continuum de soins et de services en cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
. Ainsi, pour chacun des déterminants de la santé examinés dans le cadre du rapport, un regard est posé sur la promotion de la santé et la prévention pour optimiser les actions à soutenir et à développer dans la région. Selon les thèmes abordés, l’une ou l’autre des parties du tableau de la Charte d’Ottawa appliquée au continuum de soins et de services en cancer est présentée afin d’aborder les différents aspects de la prévention. La Charte est également utilisée comme cadre d’analyse des actions effectuées auprès des personnes atteintes de cancer.

Prévenir signifie :

  • promouvoir l’adoption de lois, de règlements, de politiques qui facilitent et soutiennent les modifications de l’environnement et favorisent la collaboration de tous les secteurs de la société;
  • modifier les environnements pour diminuer les risques de cancer et favoriser les saines habitudes de vie;
  • augmenter la capacité des communautés à favoriser ces décisions;
  • augmenter la capacité des personnes et leurs prochesproches
    Les personnes ayant un lien significatif selon le patient. Elles comprennent : la famille biologique; la famille par alliance (liée par le mariage/par contrat et conjoint de fait); la famille choisie, des amis.
    à adopter des saines habitudes de vie;
  • modifier les interventions du réseau de la santé et les réorienter pour favoriser la prévention à toutes les étapes du continuum de soins et de services en cancer[12].

Cette section présente les cinq stratégies de la promotion de la santé et de la prévention, appliquées à la région de la Chaudière-Appalaches. Ces stratégies sont reprises tout au long du rapport afin de guider la réflexion sur les différents modes d’action à privilégier.

La promotion des saines habitudes de vie1 et la prévention des cancers appliquées au continuum de soins et de services en cancer

2.3 Prévenir le cancer : une application de la Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Quelques mots sur la communication

La communication est un outil de base en santé publique, en trame de fond des cinq axes de la Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé. Elle constitue un moyen d’action parmi les différentes interventions en promotion de la santé[1]. Les activités de communication prennent deux formes: les campagnes de communication et l’information sur l’état de santé de la population[1]. Ces activités permettent d’informer et de sensibiliser des populations cibles, des décideurs ou des membres d’une communauté à un problème ou une question de santé publique. Elles favorisent également l’acquisition de connaissances, la modification d’attitudes, de croyances et de valeurs, l’adoption et le maintien de comportements de même que, ultimement avec l’évolution des mentalités ou la pression populaire, l’émergence de politiques publiques favorables à la santé [1].


© Gouvernement du Québec, 2010