Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches
Vous êtes ici : Consulter le rapport en ligne > 12. Tous ensemble dans la lutte contre le cancer

12.PASSER À L’ACTION TOUS ENSEMBLE

Les recommandations mondiales : une inspiration

Les tendances actuelles et prévues relatives au cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
tant au Canada qu’au niveau mondial font ressortir la nécessité d’élaborer des plans pour faire face à ce nombre croissant de cas de cancer qui surviennent actuellement. Nous devons déployer des efforts encore plus considérables sur le plan de la prévention primaire, afin de réduire le nombre de cas évitables de cancer. Par ailleurs, nous devons accroître la capacité de la région à offrir des soins palliatifs adéquats pour vivre les derniers moments de vie dans la plus grande dignité lorsque les traitements ne laissent plus entrevoir l’espoir d’une guérison[11].

Les recommandations pour la région s’inspirent d’une part des particularités de la région et des orientations ministérielles, ainsi que des recommandations d’organisations mondialement reconnues.

Plusieurs organisations s’impliquent dans la problématique du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
, notamment l’OMS, le FMRC et plus près de nous, la Société Canadienne du cancer et la Fondation québécoise du cancer.

En 2007, l’OMS a publié son plan d’action contre le cancer[13] et le FMRC a publié son deuxième rapport sur la prévention du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
portant sur l’alimentationalimentation
Ensemble des produits alimentaires consommés par un individu.
, la nutritionnutrition
Ensemble des processus par lesquels un être vivant, animal ou végétal, absorbe, métabolise, utilise et élimine les aliments pour assurer sa croissance, son entretien et son fonctionnement, ainsi que pour produire de la chaleur et de l'énergie.
et l’activité physique[7] et un rapport sur les recommandations de santé publique, dont la synthèse en français fournit de précieuses orientations[31].

La Société canadienne du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
publie également des recommandations préventives, notamment sur son site Internet[361].

Les trois organismes recommandent, avec quelques distinctions, des actions préventives portant sur le maintien d’un poids santé, la pratique d’activité physique, la consommation quotidienne de fruits et de légumes, la limitation de la consommation d’alcool et le non-usage du tabac. D’autres recommandations préventives sont identifiées par un ou deux organismes, notamment, la protection solaire, le dépistage de certains cancers, la vaccination contre le VPH et de l’hépatite B, la réduction des risques professionnels, etc.

Les recommandations spécifiques sont présentées à l’annexe 5.

Comment passer à l’action, maintenant? Quels moyens devons-nous mettre en oeuvre?

1. La condition gagnante : un véritable réseau intégré de lutte contre le cancer

Le directeur de santé publique se positionne comme leader pour favoriser la réalisation d'activités et le déploiement de services en prévention des cancers. Il demande aux partenaires du réseau de la santé et des services sociaux et aux partenaires intersectorielspartenaires intersectoriels
Les partenaires intersectoriels identifiés dans le Plan stratégique régional et intersectoriel de main-d’œuvre de Chaudière-Appalaches[5] sont les suivants : Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles; Ministère des Affaires municipales et des Régions; Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale; Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport; Ministère du Tourisme; Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation; Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches; Les municipalités régionales de comté; Les municipalités; Les cégeps; Les universités; Les commissions scolaires; Les centres locaux d’emploi; Les carrefours jeunesse-emploi.
de s’engager dans la lutte contre le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
.

Créer un réel continuum de soins et de services en cancer

Déployer un réseau intégré de lutte contre le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
en Chaudière-Appalaches en commençant par améliorer la continuité des services dans notre propre réseau. Cela nécessite un réel continuum entre les services préventifs et  curatifs, de la promotion des saines habitudes de vie jusqu’aux soins palliatifs. Le Comité régional de lutte contre le cancer pourrait jouer un rôle d’expertise pour appuyer ce réseau intégré.

Identifier les responsables, compléter et consolider les équipes

 

  • Les responsabilités tout au long du continuum

    Le continuum de soins et de services en cancercancer
    Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
     devrait être sous la responsabilité d’un porteur de dossier cancer dans chaque CSSS, pour favoriser la continuité. Idéalement, ce porteur devrait être un leader dans le domaine du cancer : les gestionnaires du programme de lutte contre le cancer sont les personnes indiquées pour cette responsabilité, accompagnées d’un médecin responsable en provenance de chaque centre hospitalier.
  • Les équipes en promotion et prévention pour la population générale

    À la Direction de santé publique et de l’évaluation de Chaudière-Appalaches, il y a lieu de créer une équipe de projet pour la prévention des cancers et développer davantage les collaborations avec les autres directions de l’Agence. Une ressource a d’ailleurs été assignée pour assurer le suivi des recommandations de ce rapport.

    En CSSS, les cinq responsables locaux de santé publique de la région doivent eux aussi s’engager pour intensifier la promotion des saines habitudes de vie sur leur territoire par la création d’équipes interdisciplinaires en promotion des saines habitudes de vie. Des professionnels de diverses équipes ont déjà comme mandat la promotion des saines habitudes de vie. Les agents de promotion des saines habitudes de vie sont formés sur les approches individuelles de counselling bref et avancé, ainsi que sur les approches environnementales. Ils doivent être des leaders pour former une équipe solide en prévention dans chaque CSSS.

    Les équipes de promotion des saines habitudes de vie en CSSS constituent la référence pour les changements de comportements de l’individu et la modification des environnements. Elles serviront de référence pour les professionnels qui travaillent auprès des personnes atteintes de cancer et leurs prochesproches
    Les personnes ayant un lien significatif selon le patient. Elles comprennent : la famille biologique; la famille par alliance (liée par le mariage/par contrat et conjoint de fait); la famille choisie, des amis.
    . Ces équipes vont également soutenir les médecins et les infirmières des GMF et en second lieu les médecins des cliniques médicales privées. Le développement de nouvelles collaborations avec les responsables des GMF et d’autres types de professionnels tels que les infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne est à réaliser.


  • Les équipes en oncologie et en soins palliatifs

    Les équipes interdisciplinaires en oncologie et en soins palliatifs des centres hospitaliers et des CSSS doivent être complétées en respectant le plus possible les critères du MSSS pour la désignation de l’équipe régionale et des équipes locales.

Vers le haut

Améliorer les références et les collaborations

Décloisonner et partager l’information en collaborant avec plusieurs professionnels de la santé et des services sociaux de même qu’avec les intervenants de différents milieux qui travaillent sur la problématique des cancers est un défi. Parce qu'ils se connaissent peu et parce qu'ils sont répartis dans différents établissements, ils se réfèrent peu de cas les uns aux autres. Les structures et surtout les modes de fonctionnement actuels ne favorisent pas assez les échanges.

Par exemple :

  • que les spécialistes en oncologie, les médecins de famille et autres spécialistes ainsi que les professionnels des CSSS aient accès au dossier des personnes atteintes de cancercancer
    Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
    lors des traitements curatifs ou palliatifs;
  • que les professionnels impliqués en prévention et en traitement dans les CSSS et dans les centres hospitaliers, qui travaillent pour et avec les personnes atteintes de cancer, collaborent ensemble;
  • que les agents de promotion des saines habitudes de vie dans CSSS et les infirmières-pivots en oncologie développent le réflexe de travailler ensemble;
  • que les organismes communautaires impliqués auprès des personnes atteintes de cancer et leurs prochesproches
    Les personnes ayant un lien significatif selon le patient. Elles comprennent : la famille biologique; la famille par alliance (liée par le mariage/par contrat et conjoint de fait); la famille choisie, des amis.
    , et d’autres organismes communautaires soient de plus en plus sollicités.

2. Les trois priorités du directeur de santé publique

La première priorité : créer des environnements favorables à la santé

Pour créer des environnements favorables à la santé, que ce soit l’environnement physique, social, économique ou politique, le directeur de santé publique invite les partenaires à s’engager :

  • en commençant par nos propres milieux de vie et de travail;
  • en s'investissant avec les milieux communautaires, avec les organismes communautaires et la communauté;
  • en collaborant avec les milieux de garde, les milieux scolaires, les municipalités et éventuellement les partenaires intersectorielspartenaires intersectoriels
    Les partenaires intersectoriels identifiés dans le Plan stratégique régional et intersectoriel de main-d’œuvre de Chaudière-Appalaches[5] sont les suivants : Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles; Ministère des Affaires municipales et des Régions; Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale; Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport; Ministère du Tourisme; Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation; Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches; Les municipalités régionales de comté; Les municipalités; Les cégeps; Les universités; Les commissions scolaires; Les centres locaux d’emploi; Les carrefours jeunesse-emploi.
    .

Nous pouvons créer des environnements favorables pour :

  • les personnes en santé;
  • les personnes atteintes de cancercancer
    Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
    ;
  • les personnes les plus défavorisées.

Les moyens retenus sont :

  • de contribuer à la mise en oeuvre des actions de la Table régionale de
    concertation sur les saines habitudes de vie en Chaudière-Appalaches;
  • de consolider le volet environnemental du 0•5•30 COMBINAISON PRÉVENTION;
  • d'intensifier les collaborations avec les partenaires intersectoriels comme ceux reliés à l’emploi et à l’économie, ainsi qu’avec le secteur privé ou public-privé.

La deuxième priorité : augmenter notre force de frappe en prévention en
collaboration avec les milieux cliniques

Augmenter la participation des professionnels de la santé et des services sociaux en intégrant les pratiques cliniques préventives dans le continuum de soins et de services en cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
.

Plusieurs professionnels de la santé et des services sociaux et intervenants peuvent devenir des promoteurs des saines habitudes de vie et réaliser des activités préventives lorsque l’occasion se présente. À titre d’exemple, en lien avec les agents de promotion des saines habitudes de vie, pensons aux médecins, aux infirmières cliniciennes, aux infirmières de la clinique externe, aux infirmières de chevet, aux infirmières des GMF, aux nutritionnistes, aux inhalothérapeutes, aux physiothérapeutes, aux ergothérapeutes, aux éducateurs physiques, aux kinésiologues, aux intervenants sociaux, aux psychologues, aux travailleurs sociaux, etc.

Le moyen retenu est :

  • de développer le counselling bref sur les saines habitudes de vie adapté à l’état de santé de la personne, dès l’annonce du diagnostic de cancer et dans l’ensemble du continuum de soins et de services en cancer.

La troisième priorité : unir nos forces, s’allier avec ceux qui combattent les maladies chroniques

Des facteurs de risque communs

Plusieurs facteurs de risque des cancers et des maladies chroniques sont similaires. Viser une approche globale et intégrée de la personne doit être prioritaire.

S’allier

Plusieurs intervenants du réseau de la santé contribuent déjà à la prévention des cancers sans nécessairement en être conscients. À titre d’exemple, les professionnels qui travaillent en prévention des maladies chroniques (maladies cardiovasculaires, maladies pulmonaires obstructives chroniques, diabète, obésité, etc.) agissent sur les mêmes facteurs de risque que ceux qui travaillent en prévention des cancers. Ils auraient avantage à être mieux informés de la portée de leurs interventions sur la prévention des cancers.

Le moyen retenu est :

  • de former et informer les professionnels de la santé et des services sociaux sur les saines habitudes de vie.

3. Développer un projet pilote

Pour développer un continuum qui inclut la prévention à toutes les étapes, le directeur de santé publique propose d’expérimenter un projet-pilote sur le territoire d’un CSSS. Le modèle expérimenté pourrait par la suite être implanté sur l’ensemble du territoire.

4. Former et informer

On doit former les professionnels et les intervenants qui travaillent avec la population en santé et les personnes atteintes de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
sur les mesures efficaces en promotion des saines habitudes vie de même qu'en prévention des cancers et dépistage des cancers.

Comment procéder?

  • Développer un modèle novateur de formation et de développement des compétences.
  • Améliorer la circulation de l’information avec les nouvelles technologies.
  • Travailler en collaboration avec l’Université du Québec à Rimouski –
    Campus de Lévis et l’Université Laval.

Former qui?

Former les agents de promotion des saines habitudes de vie dans les CSSS pour le counselling avancé et la création d’environnements favorables (adultes) si ce n’est déjà fait.

Miser sur l’implication des infirmières pour les changements de pratique :

  • dans les CSSS;
  • dans les GMF;
  • dans les centres hospitaliers : par exemple, les infirmières cliniciennes, les infirmières-pivots en oncologie, les infirmières des cliniques externes d’oncologie.

Par la suite, former les professionnels des équipes de prévention dans les CSSS (périnatalité, enfants, jeunes), les partenaires intersectorielspartenaires intersectoriels
Les partenaires intersectoriels identifiés dans le Plan stratégique régional et intersectoriel de main-d’œuvre de Chaudière-Appalaches[5] sont les suivants : Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles; Ministère des Affaires municipales et des Régions; Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale; Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport; Ministère du Tourisme; Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation; Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches; Les municipalités régionales de comté; Les municipalités; Les cégeps; Les universités; Les commissions scolaires; Les centres locaux d’emploi; Les carrefours jeunesse-emploi.
et les intervenants du milieu communautaire.

5. Évaluer et faire de la recherche

Évaluer le rapport et ses recommandations et effectuer le suivi de l'implantation du Programme régional de lutte contre le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
.

Développer des projets de recherche pour la région. À titre d’exemple, un projet sur la promotion des saines habitudes de vie dans différents milieux, la création d’un milieu favorable à la santé ou le développement d'un modèle d'organisation des services préventifs.

6. La priorisation des recommandations

Les consultations ont mené à prioriser les recommandations régionales à réaliser :

  • d'ici 3 ans (2010-2013)
  • d'ici 5 ans (2013-2015)

Les deux tableaux ci-dessus résument ces recommandations, selon le continuum de soins et de services et la Charte d'Ottawa.


© Gouvernement du Québec, 2010