Passer au contenu
Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches

1. Un aperçu de la situation des cancers

Afin de montrer les possibilités des actions préventives, les principales causes du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
sont expliquées, ainsi que les mécanismes connus à ce jour. Pour en savoir davantage, différents documents de référence sont suggérés.

En deuxième partie, quelques données sur le cancer dans le monde, le cancer au Canada et le cancer au Québec permettent de situer la région.

1.1 Les causes et les mécanismes associés au développement du cancer

1.1.1 Les facteurs de risque

Le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
est un terme général utilisé pour décrire une maladie des cellules qui, dans chaque cas, débute de la même manière. Il se déclenche quand les informations génétiques d’une cellule sont endommagées, provoquant sa division à un rythme incontrôlé[8].

Les éléments déclencheurs du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
sont encore peu connus de la population. La peur de cette maladie continue à dominer les discussions sur le sujet. Pourtant, les causes du cancer font de plus en plus l’objet de recherches par les milieux scientifiques quant aux facteurs biologiques, sociaux, culturels, économiques et environnementaux[7].

1.1.1 Les facteurs de risque du cancer

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

La réduction de l’incidence

(Recueil statistique, section 1.2) On estime que près de 50 % des cancers pourraient être évités par l’adoption des saines habitudes de vie et l’adoption de politiques publiques favorables à la santé[13- 15]. L’OMS rappelle que les nouveaux cas de cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
peuvent être prévenus, particulièrement quand les stratégies sont intégrées à celles de la prévention des maladies chroniques. C’est la méthode qui offre le meilleur rapport coût-efficacité à long terme pour combattre le cancer[15].

La réduction de la mortalité

Une synthèse de plusieurs publications permet d’estimer la contribution des facteurs de risque à la mortalité (Recueil statistique, section 1.2) par cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
.

Facteurs de risque et estimation du pourcentage de la mortalité par cancer attribuable à ce facteur

Facteur de risque et estimation du pourcentage (%) de la mortalité par cancer attribuable à ce facteur

Adapté de : Maxcy-Rosenau-Last, Public Health & Preventive Medicine (1998)[16], MSSS (1998)[9], Béliveau, R. et D. Gingras (2005)[17], OMS (2007)[15], Santé Canada (2005)[14], Agence de la santé publique du Canada (2003)[18].

Plus de la moitié de la mortalité (Recueil statistique, section 1.2) par cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
serait liée à des habitudes de vie modifiables telles que le tabagisme, l'alimentation, la sédentarité et la consommation excessive d’alcool ainsi que la réduction de l’obésité.

Les connaissances actuelles sur le cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
montrent le lien entre la mortalité par cancer et certains facteurs environnementaux qui peuvent en partie être modifiés, tels que la fumée secondaire, divers cancérogènes en milieu de travail, certaines infections (VPH et hépatite B) et des facteurs liés à la reproduction et au statut socioéconomique, ainsi que l’exposition aux rayonnements et à la pollution.

Seulement une faible proportion des cancers est liée aux facteurs héréditaires non modifiables, c’est à dire à des gènes défectueux transmis par l’hérédité[7, 17].

1.1.1 Les facteurs de risque du cancer

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

La population vieillit, les risques de développer un cancer augmentent...

Au Canada, l'espérance de vie a progressé de près de 20 ans entre 1920 et 2002 : elle est passée de 59 ans à 77 ans pour les hommes et de 61 ans à 82 ans pour les femmes[19]. Le développement du cancercancer
Maladie caractérisée par la prolifération anormale et désordonnée des cellules. À l’exception des cellules cancéreuses, certains fluides physiologiques (sang, liquide lymphatique) forment par la suite une tumeur maligne (dite tumeur primaire) qui envahit les tissus adjacents. Pour beaucoup de cancers, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes et y proliférer. Ces proliférations, distantes de la tumeur primaire, sont appelées métastases.
peut être vu comme le corollaire de la capacité des humains à évoluer, s'adapter et augmenter sa longévité. Plus l’être humain vit vieux, plus il risque d’être atteint d’une maladie chronique, dont le cancer, et même plusieurs cancers.

1.1.1 Les facteurs de risque du cancer

Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Vers le haut


© Gouvernement du Québec, 2010