Berce du Caucase

Que faut-il savoir pour bien intervenir?

Des lésions cutanées peuvent se développer à la suite du contact de la sève de la berce du Caucase, lesquelles varient entre une hyperpigmentation de la peau (forme bénigne) et ce qui peut s’apparenter à une brûlure au premier et même au second degré. Dans les cas les plus graves, il peut y avoir formation de phlyctènes généralement plus douloureuses que prurigineuses. Les phytophotodermatites peuvent se développer jusqu’à 48 heures après un contact. De plus, il est à noter que la sève en elle-même n’est pas irritante, c’est la réaction à la lumière qui cause les lésions. En cas de contact, la sensibilité aux rayons UV reste élevée pour 10 jours et modérée pour 6 mois. L’utilisation de crème solaire pendant toute cette période est fortement recommandée. Pour en savoir plus sur le diagnostic différentiel et le traitement, consulter le lien du Portail toxicologique clinique de l’Institut national de santé publique du Québec.

En raison de sa taille et de sa physionomie, la berce du Caucase peut être invitante pour les enfants, ils sont donc particulièrement vulnérables. Ne connaissant pas son caractère toxique, ils peuvent être tentés de s’en faire une cachette, une flûte ou une longue-vue et ainsi se blesser sévèrement. Les employés des firmes horticoles et d’entretien paysagé ainsi que les jardiniers amateurs sont aussi à risque d’être victimes des blessures infligées par cette plante.  

À voir aussi...