Saine alimentation

Que faut-il savoir pour bien intervenir?

La Vision de la saine alimentation tient son origine du Plan d’action gouvernemental de promotion des saines habitudes de vie et de prévention des problèmes reliés au poids 2006-2012 – Investir pour l’avenir (PAG). Ce dernier cible l’amélioration de la qualité de vie des québécois en favorisant entre autres, une saine alimentation en agissant sur l’environnement des individus. Il importe avant tout de s’entendre sur la définition de la saine alimentation avant d’agir sur les environnements afin d’obtenir des actions orientées vers un but commun.

Une saine alimentation telle qu’inscrite dans la Vision doit :

  • Être constituée d’aliments diversifiés et de haute valeur nutritive sur le plan de la fréquence et de la quantité;
  • Véhiculer une valeur gastronomique, culturelle et affective au niveau des aliments;
  • Se traduire par des concepts d’aliments quotidiens, d’occasions et d’exception;
  • Se manifester par des milieux ayant une offre alimentaire en concordance avec leur mission.

Aussi, la Vision invite les acteurs du secteur agroalimentaire (producteurs, transformateurs, services alimentaires, etc.) à améliorer leur offre alimentaire au-delà de la valeur nutritive des aliments. Par exemple, l’approvisionnement en légumes locaux et biologiques via son fermier de famille (coordonné par Équiterre) soutient l’économie et l’agriculture locale. L’approvisionnement en denrées locales est en lien avec le développement durable, qui s’inscrit dans la Vision de la saine alimentation.

Mentionnons que La Vision de la saine alimentation n’exclut aucun aliment et permet de situer les aliments sur un continuum de valeur nutritive et de fréquence.

                                         Schéma illustrant, qu'en matière de saine alimentation, lorsque l'on intervient auprès de l'individu ET auprès de son environnement, on augmente les choix qui s'offrent à l'individu.

Quelles actions privilégier?

La Vision s’adresse aux personnes et aux entreprises qui produisent, transforment et mettent à la disposition des gens les aliments. En effet, tous les acteurs qui agissent sur l’offre alimentaire doivent être interpellés par la Vision :  

  • Établissements de santé et services sociaux, écoles, services de garde;
  • Services alimentaires et restaurants;
  • Producteurs, transformateurs, distributeurs, détaillants et commerces d’alimentation de proximité.

Il faut mentionner que tous les acteurs de l’offre alimentaires sont désignés pour faire évoluer l’offre globale visant à offrir des aliments à valeur nutritive élevée autant sur le plan de la fréquence que la quantité. Afin d’illustrer ces propos, citons en exemple l’offre alimentaire de haute valeur nutritive dans les arénas avec l’aide du programme La santé au Menu (financé par Québec en forme). La Santé au Menu vise à améliorer l’offre alimentaire des endroits fréquentés par les jeunes.

8 principes guident l’action de la saine alimentation collective :

  1. Contribuer aux différentes dimensions de la santé : s’alimenter est un acte vital, un acte de plaisir et un acte social.
  2. Être évaluée dans sa globalité, en fonction d’un continuum de valeur nutritive et d’un continuum de fréquence.
  3. Être reconnue comme un acte à la fois déterminé par l’individu et modelé par les environnements.
  4. Être valorisée dans la société.
  5. Être accessible à toute la population.
  6. Répondre aux besoins sans les excéder.
  7. Contribuer de diverses manières au développement durable des collectivités.
  8. Respecter les règles d’innocuité, d’hygiène et de salubrité.

Vers le haut

Saviez-vous que...

Les chercheurs du Food and Brand Lab de l’Université de Cornell aux États-Unis (Wansink B and Sobal J Mindless Eating: The 200 Daily Food Decisions We Overlook. Environment and Behavior January 200) ont estimé qu’un individu prend environ 200 décisions alimentaires chaque jour.